Alors, ce monde d’après ?!

Pendant le confinement, passés les premiers temps d’anxiété exacerbée que nous sommes nombreux à avoir traversés, je me suis mise à espérer… Enfin ! Nous avons pour la plupart, pris le temps de réfléchir. Réfléchir, sur nous-mêmes, sur notre environnement, sur nos relations avec les autres, sur le sens de nos activités professionnelles, voire même de nos loisirs. Parce que l’intelligence artificielle fait que sur mon fil d’activités des différents réseaux sociaux, je n’ai vu que des publications allant dans cette direction, je me suis dit : « Mais wahou ! quand on pourra enfin sortir librement, on aura tous compris que la vie ce n’est pas courir après le dernier gadget à la mode, ce n’est pas passer tout son temps au bureau, alors que nos enfants nous attendent à la maison, ce n’est pas passer sa semaine sur pilote automatique en rêvant à son week-end ou à ses prochaines vacances ! »

Et puis je suis sortie…

Et là ce n’était que stratégies farfelues pour tenter de retrouver la « vie d’avant ». Entre les messages radiophoniques anxiogènes sur le coronavirus et ceux de l’office de tourisme qui nous enjoignent de « sortir, consommer, soutenir l’économie », je n’avais qu’une envie c’est de retourner dans le confort de ma maison et ne plus en sortir.

Chaque jour, j’ai l’impression de tourner dans un mauvais film. Le réalisateur a écrit un scénario sans connaître la fin et ajoute régulièrement de nouvelles scènes qui n’ont ni queue ni tête. Ma scène « préférée » : porter un masque dans la rue (les sentiers ?) même quand tu marches seul…

Parlons-en du masque. Sans polémiquer sur le fait qu’on doive en porter partout, sauf quand on déjeune à la cantine tous ensemble (!), je trouve qu’il est l’illustration parfaite de ce fameux monde d’après…

Toutes les recherches de sens qu’on a pu mener quand on était « assignés à résidence », tous les bénéfices de nos réflexions semblent annihilés par ce petit bout de tissu. Les gens semblent éteints. On n’arrive plus à distinguer les expressions. Qui va bien, qui ne va pas bien ? Comment le savoir ?

Alors pour sortir de ce spleen ambiant, j’ai décidé de mettre un peu de magie (de paillettes ?) dans ma vie. D’augmenter mon champ vibratoire. Il y a des choses que je fais aujourd’hui, que je n’aurais jamais faites avant : utiliser des cartes Oracle pour approfondir ma connaissance de moi-même par exemple ; parler à mon enfant intérieur, ou encore visualiser mes chakras. On m’aurait dit ça il y a un an, j’aurais bien ri. Et pourtant, sans entrer dans aucune religion, je me mets de plus en plus à penser que tout est relié. Et si tout est relié (je sais, parfois ça me chiffonne, de me penser reliée à des gens que je trouve bêtes comme mes pieds…), je veux apporter ma pierre. Si nous sommes assez nombreux pour activer tout ça, peut-être pourrons-nous sortir rapidement de cette ambiance de mauvais film de science-fiction…

« Il devient indispensable que l’humanité formule un nouveau mode de pensée si elle veut survivre et atteindre un plan plus élevé. » Albert Einstein

Et vous qu’en pensez-vous ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :