Je suis en vie…

Hier j’ai couru les 10km de St Paul. Course très attendue des coureurs réunionnais, car c’est l’une des rares épreuves sur du vrai plat. On peut donc avoir son temps de référence sur la distance. Forcément je m’y étais préparée. J’ai suivi le programme Décact’Coach (appli mobile) sur 6 semaines avec 3 entraînements par semaine. Je n’ai raté qu’une séance, une journée où l’île était noyée sous des trombes d’eau. Autant dire que j’étais confiante au départ sur le temps que j’allais faire. J’avais prévu de faire 50 minutes. Malheureusement, j’ai terminé en plus de 51… Sur le coup, la déception était grande ! Je ne pourrais retenter ce parcours que l’année prochaine…

Et puis finalement, je me dis que je n’ai pas démérité. Pendant la course, j’ai été très attentive à mes sensations, j’ai couru sans musique, j’ai ressenti une grande osmose entre mon corps et mon esprit. Aussi incroyable que cela puisse paraître à une personne qui ne court pas, je me sentais bien.

Pourtant, six semaines avant, me sentant très fatiguée, j’avais demandé une analyse sanguine : le verdict est tombé, j’avais une carence en fer. Mon moral était au plus bas : et si le fait d’être végétalienne y était pour quelque chose ? Finalement mon médecin n’a pas remis mon régime alimentaire en question. Et je me suis souvenue que j’avais déjà été anémiée par le passé, même quand je mangeais de la viande. Je garde juste en tête que supprimer toutes les protéines animales de son alimentation, ne s’improvise pas. A moi désormais, tous les aliments riches en fer, brocolis, amandes, chou vert, spiruline, mélasse…Depuis, j’ai retrouvé ma forme. Ne pas renoncer à mes convictions, tout en continuant mes activités sportives me comblent de joie.

Ensuite, toujours tapi dans l’ombre, mon ami le Diabète qui me rappelle à son bon souvenir chaque fois que je dois courir. Et là tournent en boucle, mes sempiternelles questions : j’arrête la diffusion de l’insuline par la pompe, je diminue juste le débit ? Hors de question de devoir arrêter une course à cause d’une hypoglycémie ! De toute façon hier, lors de mon sprint final, j’ai senti ma pompe à insuline se décoller en passant la ligne d’arrivée. Certainement à cause de la sueur. Donc finalement, ce fût une super soirée en hyperglycémie…

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

Encore une fois pour vous dire qu’on ne contrôle pas tout, que le fait de ne pas atteindre ses objectifs lorsqu’on a tout donné, n’est pas catastrophique. Que l’essentiel c’est de faire de son mieux. De ne jamais abandonner. Que les obstacles sont là pour rendre la victoire plus éclatante. Ces contre-temps ne font que renforcer mon sentiment d’être en vie, et ça, ça n’a pas de prix.

« Si vous rentrez dans un mur, n’abandonnez pas. Trouvez un moyen de l’escalader, le traverser, ou travaillez autour.

Michael Jordan

Un commentaire sur “Je suis en vie…

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :